Imprimer
Cat├ęgorie : Le Maraudeur
Affichages : 5119

Un Maraudeur mieux que neuf  (ou comment rénover un Maraud ?) : 10 questions avant de se lancer ! Voiles et Voiliers a publié dans son numéro de mai 2011 un article fort intéressant sur la rénovation de vieux bateaux, qui m’a inspiré les lignes suivantes, bien évidemment spécifiques à notre Maraudeur.

Par Jean Louis Dalloz - Juin 2011

 

 

Comment rénover un Maraudeur ?

Voiles et Voiliers a publié dans son numéro de mai 2011 un article fort intéressant sur la rénovation de vieux bateaux. qui m’a inspiré les lignes suivantes, bien évidemment spécifiques à notre Maraudeur.

Et avant tout, comment choisir son Maraudeur si on a l'intention d'en rénover un ?

1. Quel Maraudeur choisir ?

En plus de 50 ans, notre cher bateau a bien évolué : construit d’abord en bois, il a dans les années 60 évolué vers le polyester.

2. Où s’informer ?

Bien évidemment en adhérant à notre AS, et en achetant la "bible", une mine d’or qui vous conseillera sur de très nombreux sujets, vous évitera bien des erreurs, maladresses, déconvenues, toujours pénalisantes pour le porte-monnaie et le moral…

Une bible coûte (en 2011) 65 € franco en France, ce qui peut paraître élevé, mais il faut la considérer comme un investissement, qui ne représente que 2 à 3% de la valeur d’une transaction moyenne.

Un exemple parmi les nombreux sujets de cet ouvrage (plus de 200 pages, sans pub…):

Nota : La diffusion de la bible est réservée aux membres de l’AS Maraudeur, c’est-à-dire :

 

3. Inspecter : Vive l’appareil photo numérique !

Il vous permettra de prendre de nombreux clichés, pour réfléchir à tête reposée, demander des conseils, établir un bilan, dresser un plan de travaux... bref, prendre une décision !

 

4. Et avant de signer….

Bien réfléchir aux moyens que vous comptez mettre en œuvre pour transformer un vieux Maraud en un bijou resplendissant.

5. Ensuite on signe et on ramène le bébé…

La procédure d’achat est précisée dans la bible.

Rappel important  : avant de vous déplacer, demander au vendeur

Si la réponse est négative, laissez tomber !!! Pas de carte de circulation, pas de carte grise : Vous serez considérés comme des receleurs, et l’administration refusera catégoriquement de vous établir ces documents

6. Quels sont les postes les plus coûteux ?

7. Où trouver les bons prix ?

D’abord, sachez que l’estampille « Marine » induit des coûts majorés de 20 à 30%, voire d’avantage. Ainsi on trouve des laques polyuréthane destinées à des poids lourds à des prix raisonnables, et dont le comportement est plus que satisfaisant…

8. Et la sous-traitance ?

Elle peut être très utile pour certains travaux, comme la peinture de la coque. Votre Maraud entre sans problème dans la cabine de peinture d’un carrossier, et si vous avez effectué tous les travaux de préparation (ponçage, masticage, masquage) la facture sera douce pour un travail de qualité professionnelle.

9. Penser sécurité !

Rénover un bateau fait appel à des produits, des outils potentiellement dangereux: il est impératif de savoir se protéger, d’être à même d’utiliser sans risque l’outillage, demeurer en permanence vigilant…

Penser aux risques de chute : Le maraudeur n’est pas très haut, mais redescendre à terre avec un escabeau branlant peut occasionner une cheville foulée, ou pire. Et c’est la mise en léthargie certaine du chantier…

10. Faut-il faire expertiser sa restauration.

Tout dépend de votre assureur et de votre police d’assurance.

En principe, pas de contrat « tous risques » pour des bateaux vieux de plus de 10 ans. Mais faire venir un expert coûte cher, un peu moins si vous lui apportez le bateau.

Il existe la solution consistant à conserver toutes les factures des produits et travaux, ainsi que des photos, et mieux, un petit reportage. Ceci peut être très utile en cas d’avarie grave, surtout si vous n’en êtes pas responsable…

Evidemment, garder à l’esprit que la prime sera fonction de la valeur du bateau « à dires d’expert »…

 

Conclusion

Si vous avez l’esprit associatif, notre AS Maraudeur sera ravie de vous accueillir parmi ses membres, et de vous apporter son aide, contributive au succès de votre beau projet.


Jean-Louis DALLOZ - juin 2011