Imprimer
Catégorie : Régates 2011
Affichages : 1536
logo ffv


L’édition 2011 du Championnat de France Interséries des Croiseurs Légers à Troyes les 2/3/4/5 juin sur le lac de la forêt d’Orient nous aura permis de vivre des émotions comme rarement depuis 3 ans que nous naviguons en solo sur Maraudeur.

 

déçu de perdre son titre mais très fier de sa remontée fantastique jusqu’à la seconde place après son démâtage du premier jour.

 

Le site et l’organisation

D’abord un grand coup de chapeau à la FFV, les organisateurs locaux et les nombreux bénévoles qui nous ont accueillis et organisé un championnat de très haute qualité. Les frais d’inscription nous ont permis de bénéficier de 4 jours de régates avec les manches d’entraînement, deux dîners pour les équipages, un open bar, des superbes lots d’accueil (polo, tee shirt, sac étanche) et une belle cérémonie de clôture avec de nombreux lots des sponsors du Championnat (le champagne est top !!!)

 

 

IMG_0069

Le premier jour de préparation

Après les formalités administratives, on passe à la jauge pour présentation du certificat HN et vérification des voiles. Une fois les tampons posés sur nos voiles, on récupère notre place de ponton, notre numéro de concurrent et les stickers et fanion à positionner sur le bateau. Nous sommes prêts assez tôt car toute la préparation de LOYA avait pu être faite cette fois-ci en début de semaine à la maison. Notre petit bolide est prêt à en découdre et les pronostics sur les pontons vont bon train.

La famille Dossmann et Humbert est là pour gagner : LOYA en A et LIBERTE avec Robert en R1. Les deux équipages sont très motivés et raisonnablement confiants au vu des performances respectives de ces derniers mois.

L’organisation aura répartie les classes de manière à regrouper les A et R1 afin de permettre aux Micro de tous régater ensemble et ainsi de valider une étape supplémentaire pour le TDF Micro. Nous serons donc 40 bateaux sur la ligne sur les 77 participants que comptaient ce championnat toutes classes confondues. Dans notre classe un seul titre sera décerné aux A car étant plus de 15 bateaux au départ.

Une fois le bateau au ponton, on décidera de ne pas participer aux manches d’entraînements car à ce moment le troupeau de moutons sur l’eau est à notre goût un risque d’abîmer LOYA la veille des courses.

On patientera donc tranquillement sur le ponton à papoter avec nos voisins et autres équipages en attendant le retour des furieux. Les quelques équipages de Micro Proto qui se sont testés dans ces conditions de vent reviennent rincés avec quelques petites bricoles à faire (une drisse sur le point de lâcher pour Liberté et une grosse entrée d’eau pour Pangolin). Le Comité de Course nous a confirmé un vent établi à + de 22 nds et le spi sera resté dans la cabine pour la plupart.

Ca sera chaud pour le lendemain car la météo nous annonce un vent équivalent en force.

 

Le coup de théâtre du premier jour de course

Les parcours prévus aux IC sont de nature classique avec banane, triangle et côtier. Le vent est là et semble-t-il plus fort qu’hier (28 nds en pointe soit force 5, rafales à 6 et +). Les options prises par certains pour tenir le bateau dans ces conditions (un ris dans la GV, un petit foc et le spi au chaud dans la cabine) ; concernant LOYA (grand voile haute, foc et spi comme d’hab) mais on modifie tous les réglages pour aplatir au maxi les voiles pour bien gérer la surpuissance et ne pas déraper en cap.

Dans la procédure on entend à la VHF qu’un bateau vient de démâter, ça s’annonce donc très chaud. On cherche des yeux les malheureux……une coque bleue….1er coup de théâtre c’est beau papa qui vient de casser son mât sous spi. A ce moment on est super tristes car on imagine la déception de l’équipage qui était un des favoris en R1 sinon le favori au vu des conditions où Liberté s’exprime merveilleusement dans la brise. Sa forme de carène lui permet de partir au surf très vite au portant. Au retour (plus vite que prévu pour nous) on apprendra que sur une allure de largue, le bateau a enfourné et le mât s’est rompu brutalement sans laisser le temps à l’équipage de se reculer assez et de choquer les voiles.

LOYA tente de se reconcentrer car la baston démarre bientôt pour nous. 1er départ dans la meute pour un premier bord de près où on est agréablement surpris de tenir le bateau avec des voiles pleines (merci au travail de cet hiver pour avoir pu rendre le bateau plus polyvalent surtout dans la brise). On entame le petit bord de largue de cette première banane très bien positionné au milieu des Neptune et juste derrière les Protos. Pas le temps d’être content que notre mât s’écroule violemment sous le vent……………….

...suite...

Que s’est-il passé ? Pas de survente, pas de mauvaise manœuvre. On verra plus tard car pour l’instant il faut très vite sécuriser le matériel pour tenter de ne rien abîmer. En passant, Microbe nous demande si l’équipage en OK, pas de mal tout va bien. 2 sécus arrivent très vite sur nous pour nous aider à remonter les voiles et le mât sur le pont et retour au port. Une des sécu est aussi déçue que nous car nous affirme avoir parié sur nous pour le titre 2011. Un fois tout le matériel à bord, on inspecte la casse pour comprendre. En fait la chape du ridoir de hauban a cédé (usure ou vent trop fort ?), de ce fait la cale intérieure de support de bas haubans est passé à travers le roof et dans notre malheur à servi de fusible donc le mât est tombé sans se rompre.

A cet instant nos petites cervelles se mettent en ébullition car cette casse est selon nous réparable. Il suffit de changer le ridoir, de repositionner le bas hauban en perçant avec la plaque qui va bien, remâter et repartir le plus vite possible. On n’a pas tout ce matériel dans la voiture mais Robert peut-être car LOYA est son ancien bateau donc il a sûrement encore des ridoirs adaptables.

IMG_0060

Une fois au ponton, on prend des nouvelles de Liberté et les dégâts sont tels que la compétition s’arrête la pour Robert. Même à la maison pas de quoi manchonner pour au moins repartir le lendemain. On raconte nos propres aventures et on en rigole sur le coup car le père et la fille qui démâte à quelques minutes d’intervalle, le mimétisme familial est décidément étonnant. Spontanément Robert et Joël un de ses équipiers nous aident à réparer, remâter et on repart comme des balles car on entend les coups de corne à la VHF qui nous annonce qu’en se dépêchant on peut encore prendre le départ de la seconde manche dans les temps.

On arrive lancé sur la ligne et on passe au ras du bateau comité à + 10 secondes après le départ. On voit le CC qui nous regarde avec des yeux ébahis, l’air de penser que LOYA ne lâche décidément jamais rien et nous encourage à foncer. Inutile de raconter tout les commentaires sur l’eau au fil des croisements et dépassements des concurrents qui ne comprennent pas comment on peut déjà être là.

Malheureusement dans la précipitation du restart au port, on n’a pas pu prendre le temps de régler LOYA. Le ridoir a été remis très vite, la fixation du bas hauban n’est plus à la même place donc le mât n’est pas droit. Ces réglages ne peuvent se faire sur l’eau en plein manche surtout dans la brise. Qui plus est on n’a pas refixé correctement le tangon donc on ne pourra pas envoyer le spi au portant tout de suite. Dans ces conditions de forte brise avec un bateau non réglé et sous toilé au portant on obtiendra une place de 5 et 2 places de 4, presque miraculeux et qui en dit long sur le potentiel de LOYA même dans la brise.

Entre deux manches on refixe tout ce qui doit l’être pour pouvoir envoyer le pépin par vent arrière. A noter que sur un triangle, on a réussi à faire de jolis surfs sous spi au largue sur la vague d’un FUN juste devant nous. Le GPS affichait 9,1 nds ; qu’il est agréable de retrouver ces sensations inhabituelles en Maraudeur et qui faisaient notre bonheur sur le Proto.

Pour la dernière manche, le vent s’est calmé un peu donc on était moins en survie et on a pu affiner approximativement le réglage du mât. On revient un peu dans le match avec une belle victoire dans la 5e manche.

Au soir du premier jour de course LOYA fait la une de la gazette de la FFV :

 

Extrait des news sur le site FFV

« Coup de théâtre au cours de la première manche de la classe A! Loya (As Mantaise Voile), numéro 38, barré par la championne en titre Brigitte DOSSMANN, a démâté. Ramené au plus vite dans le port, l’équipage a pu réparer à temps et prendre le départ de la deuxième manche de la journée. Lors des trois régates suivantes l’équipage aura montré que, même avec une manche de retard, il faudra compter sur eux. Après avoir fini deux fois quatrième et une fois premier, Loya est, ce soir, revenu au pied du podium du classement général provisoire. Cela ne fait aucun doute que ce bateau va animer les manches restantes de sa classe. »

 

Après l’interview de Brigitte au port, beaucoup d’équipages sont venus nous voir pour comprendre notre casse et notre retour en course aussi rapide. Certains pensaient que nous avions un mât de rechange (pas encore mais bientôt, bientôt….) et après les discussions de ponton on a vérifié nos réglages (on était effectivement très déréglé dans la brise) et on a tout remis en place pour le lendemain.

 

La remontée fantastique

Le lendemain la météo prévue est du petit temps donc on est remontés comme des coucous avec l’ambition d’atteindre le podium. La première place est inatteignable car Craby un Express 600 a remporté 4 manches sur 5 la veille donc sauf grosse contreperformance sur la fin, il peut gérer et assurer…..mais bon on va tout de même tenter de lui mettre un peu de pression. On sort du port assez tôt pour vérifier nos vitesses/cap cibles et valider nos réglages. Tout à l’air OK. Petit clin d’œil à Moutarde/ketchup un joli Edel 5 rouge/orange selon les amures qui fera une belle place de 5 lors de la manche 7.

2 manches courues le samedi que LOYA remporte nettement entre 2 et 3 nds de vitesse moyenne. Donc 3 victoires d’affilée pour LOYA contre 4 pour CRABY et surtout un retour sur le podium.

...fin

Extrait des news FFV

Loya met la pression à Craby

La classe A est elle dominée par deux bateaux : Craby (Ancre) et Loya (A.S Mantaise Voile). Ces deux bateaux sont ce soir, respectivement, premier et deuxième du classement général. Mais on notera surtout que ces deux bateaux se partagent toutes les victoires sur les manches déjà courues (4 pour Craby et 3 pour Loya). A noter que Loya revient comme un boulet de canon et a éjecté Belle Valentine (C.N Vaux en Velin) du podium et relègue Crijosan (C.N Vassivière) à la troisième place.

 

Même par petit temps on a réussi à casser du matériel car l’équipier est parfois un peu brutal dans les manœuvres et lors d’une sortie de tangon, le taquais popé au mât s’arrache. Pas facile pour naviguer sous spi mais on a pu se débrouiller et ça ne nous a pas trop gêné. Encore du bricolage au retour au ponton pour repoper tout ça.

A l’évidence l’intérêt de régater avec un Maraudeur est qu’il y en a pour tous les plaisirs. Ceux qui adorent bricoler trouvent leur compte et ceux qui aiment régater aussi. Alors nous qui aimons les deux c’est l’éclate totale car on est plus que servi en la matière!!!!!


IMG_0064

Le dernier jour

On remportera la 8e manche et CRABY le dernier côtier juste devant nous car on est tombé dans un trou de vent à 100 m de la ligne alors qu’on était encore au contact pour empocher la dernière manche mais le résultat final ne change pas. CRABY a fait un sans faute dans la brise et a très bien limité dans le petit temps et LOYA n’a pu compenser son handicap du premier jour malgré un sans faute les 2 jours suivants.

 

Extrait des news FFV

Le miracle n’a pas eu lieu. Alors qu’elle était mal partie en début de championnat (démâtage dès la première manche), Brigitte Dossmann sur Loya (A.S Mantaise Viole) n’aura pas réussi à combler son retard malgré un enchainement de très bons résultats tout au long du weekend. Elle doit donc céder son titre au troisième de l’an dernier, Craby (Ancre) barré par Laurent Doussin, et termine à la deuxième place. Le skipper de l’Ancre a assuré son titre en cette ultime journée de course puisqu’après avoir fini deuxième de la première manche, il remporte la dernière course de ce championnat. Le podium est complété par Crijosan (C.N Vassivière) de Jean-Louis Mattei.

 

Enfin Il est intéressant de constater que ce podium 2011 reprend les mêmes bateaux que l'an dernier, le tout dans un ordre différent. En 2010, Loya avait fini devant Crijosan et Craby, alors que cette année Craby gagne deux places, et termine champion.

On n’est pas trop déçu car on a vraiment bien navigué. On s’est battu vaillamment pour remonter au classement et notre concurrent est un équipage très performant et super sympa. Bavo à Laurent et Bruno Doussin qui naviguent aussi en famille (père et fils) car leur titre est amplement mérité. On aura plaisir à revenir sur l’Erdre pour se confronter à eux et les retrouver on espère sur d’autres plans d’eau.

 

Retour à la maison

Après la cérémonie protocolaire de remise aux médaillés, on rentre tranquilou à la maison en se disant qu’on a finalement de la chance de pouvoir vivre nos passions de la sorte. On prend du plaisir, on sait aussi qu’on en donne à certains à travers tous les encouragements et messages de félicitations que l’on reçoit et ça nous motive encore plus à poursuivre. Le petit bateau jaune qui se bat avec les plus gros génère forcément des réactions attachantes pour beaucoup mais aussi parfois de l’agacement pour certains car un Maraudeur très performant en HN ça ne s’était plus vu depuis longtemps.

On ne peut pas s’empêcher d’avoir une pensée émue pour Robert qui n’a pas eu de chance cette année mais que nous ne remercierons jamais assez car c’est lui qui nous a donné le virus, qui nous a appris à naviguer efficacement et aussi qui nous conseille merveilleusement quand il s’agit d’optimiser notre annexe en plastique jaune.

LOYA n’a pas gagné cette année mais c’est certainement le bateau qui a le plus animé et fait parlé de lui lors de cette manifestation.

On pense aussi à tous les marauds qui vont se retrouver à Plobsheim le week-end prochain et leur souhaitons de prendre beaucoup de plaisir sur l’eau et en dehors. On sera de tout cœur avec eux et déjà impatients d’en revoir certains sur le Seine, au Der ou ailleurs.

 

Prochaines régates pour continuer de progresser sur la Seine

La descente de la Seine au club du Pecq le 19 juin

La coupe de Vaux au CVVX le 26 juin

A très bientôt

Brigitte et patrice