Imprimer
Catégorie : Récits de Maraudeur
Affichages : 1912

julien et coconut

Vendredi, neuf heures du matin, C'est le départ de St Michel/Orge vers la grande aventure. Mais totalement innattendue !

 
 
 

Dimanche 5 juin, 19 heures, ça y est, COCONUT est suffisamment prêt pour participer à ce grand rassemblement qu'est le National Maraudeur 2005......

Vendredi 10, 9 heures du matin, c'est le départ de Saint Michel sur Orge vers la grande aventure !....

Première étape : la station service à 2 km pour le plein et les pressions.

Aïe ! Le pneu gauche de la remorque présente des signes de vieillissement incompatibles avec les 450 km à parcourir.....Qu'à cela ne tienne, à la première aire d'autoroute, je m'arrête et je change la roue pour la neuve achetée hier soir par prudence....

Oh ! Là, je vais être bien, un parking à l'ombre et pas de voiture gênant la manœuvre....

Le cric, le desserrage du premier goujon....Paf ! La main termine contre le garde boue....Le goujon vient de casser net au ras de la jante ! Ca commence bien ! Si les autres cassent aussi, je suis dans la m....

La suite se passe plutôt bien malgré le sang qui dégouline sur les godasses.....

C'est reparti....Avec trois goujons sur 4, cela doit tenir !

10 km plus loin, un ronflement, suivi d'une vibration attire mon regard instantanément vers le rétro gauche.....La roue ne tourne plus rond....Merde, elle se desserre !...Personne derrière moi, je freine, rase le rail de sécurité et à autour de 40 km/h, la roue quitte le moyeu pour vivre sa vie.

Heureusement, elle décide de choisir le coté droit et après m'avoir humilié en me doublant, va finir sa course dans le rail de sécurité .....Je la ramasse, la jette dans le bateau et parcours les 300 m qui me séparent du péage d'Ury sur le moyeu de la remorque.

A l'abri, je peux démonter deux goujons à droite et les utiliser pour remonter la roue gauche.

Avec 4 goujons pour deux roues, je quitte l'autoroute 10 km plus loin et fais route vers Fontainebleau ...... Là, un marchand de pneus (Euro Tyre, rue de France) fouille dans sa boite à boulons et me dépanne tant bien que mal......Merci à lui !

C'est à midi, avec 3 goujons d'un coté et 4 de l'autre que je quitte Fontainebleau direction le lac de Vouglans que j'atteins à 18 heures.......Ouf !

La suite, vous l'avez dans le journal, et sur le site : un National FAN-TAS-TIQUE...

Merci l' AS.Maraudeur !

 
Julien arrive au lac. Notez le support inférieur d'étrave, une excellente solution, très efficace. Elle soulage le bateau en lui interdisant des mouvements intempestifs et améliore le confort en traction.

julien et coconut

L'analyse du Maraudeur

Heureusement que Julien a perçu à temps l'anomalie de la roue qui se desserre, et qu'il n'a pas paniqué, en s'arrêtant prudemment. Il était temps...

Lors du remplacement de sa roue, et suite à la casse de son goujon, il n'a pas trop osé serrer les trois restants (On le comprend...)

Pour éviter cette mésaventure :

· Toujours graisser les filets des vis ou goujons de roue de votre remorque (c'est vrai également pour votre voiture) ; en effet, cela permettra d'appliquer un vrai couple de serrage (s'il y a oxydation, le couple efficace est réduit du fait de la résistance de frottement dû à la corrosion) et évitera un grippage ultérieur, lourd de conséquence (Julien en apporte ici le témoignage...)

· Si vous n'avez pas procédé ainsi, il n'est pas trop tard ; Si c'est grippé, appliquer du dégrippant, laisser agir une nuit, et essayez le lendemain. Si ça casse, vous serez chez vous pour réparer ; C'est quand même mieux qu'une aire d'autoroute

· Contrairement aux idées reçues, graisser des filets de vis avant serrage ne va pas occasionner de desserrages intempestifs ultérieurs, bien au contraire !

Un petit conseil peut-être pas superflu :

Avez-vous vérifié si les écrous ou vis de roue de remorque correspondent a ceux de votre voiture ? Ce n'est pas certain du tout... Dans ce cas, procurez vous une clef à rallonge, qui possédera peut être la bonne douille ; et si ce n'est pas le cas, achetez en une. Facom* en fabrique d'excellentes...

* Publicité gratuite pour la société de Julien, qui a gentiment sponsorisé notre National...

Publié le dimanche 30 octobre 2005
par Julien Mazzoni